Il y a eu beaucoup de cancers dans ma famille. Quels sont les risques pour moi ?

Il y a eu beaucoup de cancers dans ma famille. Quels sont les risques pour moi ?

Environ 5% des cancers sont héréditaires : c’est-à-dire que la personne possède dès la naissance, dans le patrimoine génétique hérité de ses parents, une altération d’un ou de plusieurs gènes qui la prédispose à la maladie. Dans tous les autres cas, on peut développer un cancer sans qu’un gène de prédisposition existe dans la famille.

**Les prédispositions génétiques familiales au cancer

Le cancer se manifeste par une prolifération anormale de cellules à un endroit du corps : c’est ce qu’on appelle la tumeur. On suspecte généralement une situation de prédisposition héréditaire, et donc familiale, lorsque de nombreux cas de cancer sont répertoriés au sein d’une même branche parentale (paternelle ou maternelle) et/ou que ces cancers surviennent relativement tôt.

Dans ce cas de figure, votre médecin peut faire appel à un conseil génétique pour déterminer s’il s’agit bien d’une forme héréditaire de cancer. Les deux prédispositions génétiques les plus fréquentes au cancer sont le syndrome seins-ovaires et le syndrome de Lynch (cancer colorectal). La recherche en génétique médicale a déjà permis d’identifier plus de 70 gènes de prédisposition au cancer, ce qui facilite le diagnostic et la prise en charge.

**Diagnostiquer une prédisposition génétique et en informer la famille via la consultation d’oncogénétique

L’oncogénétique est une spécialité médicale qui étudie le lien entre hérédité et cancer.

La première consultation consiste à reconstituer votre histoire personnelle familiale et à dresser l’arbre généalogique médical de votre famille : cela permet d’estimer la probabilité de la transmission héréditaire d’un risque de cancer. Si la probabilité est forte, un test génétique peut être prescrit afin d’analyser votre propre patrimoine génétique. Le but ? Identifier si vous êtes porteur ou non de la mutation génétique familiale responsable du développement du cancer.

Si le test effectué révèle la présence d’une anomalie génétique, la probabilité que vous développiez un cancer est par définition plus élevée que celle de la population générale ; mais elle n’est pas pour autant de 100%. Le rôle joué par les facteurs environnementaux (alimentation, mode de vie) explique en partie pourquoi il n’existe pas un lien total de cause à effet dans l’expression de ces gènes.

Dans tous les cas, si une prédisposition génétique est identifiée, vous bénéficierez d’une surveillance régulière et d’un accompagnement médical. Parfois, des traitements préventifs peuvent être recommandés afin de diminuer les risques.

Inversement, le fait que vous ne soyez pas porteur de l’anomalie génétique identifiée dans votre famille ne signifie pas que vous ne développerez pas de cancer : votre risque sera alors identique au reste de la population.