Qu’est-ce qu’une maladie génétique ?

Qu'est-ce qu'une maladie génétique ?

Mucoviscidose, myopathie de Duchenne, hémophilie, trisomie 21… Les maladies génétiques sont nombreuses : il en existe près de 6 000 différentes dans le monde. La plupart d’entre elles sont rares et peu connues du grand public, et même de certains professionnels de santé. Leur point commun : elles sont toutes causées par une anomalie au niveau d’un gène ou d’un chromosome. Une maladie génétique n’est pas contagieuse. Elle ne peut pas se transmettre par l’air ou par le contact, comme la grippe.
Les maladies génétiques ont la particularité de pouvoir concerner non seulement la personne atteinte mais aussi sa famille.
Explications.

L’ADN, au cœur des maladies génétiques

Le corps humain est constitué de milliards de ”cellules” comportant chacune un noyau. Ce noyau renferme toute notre information génétique

Celle-ci est répartie sur 46 chromosomes (23 paires). Les chromosomes sont constitués d’ADN, porteur de nos gènes. Il s’agit en quelque sorte d’un plan détaillé de notre corps, et des instructions qui permettent son bon fonctionnement. A la lecture de ce « plan », le corps produit tout ce dont il a besoin pour grandir, se développer, se défendre des agressions extérieures : en un mot, pour vivre !

Or, il arrive que ce « plan » comporte des anomalies qui peuvent être responsables de maladies génétiques :

> Si l’anomalie résulte d’un problème au niveau du chromosome, on parle d’anomalie chromosomique. Ce type d’anomalies peut être dû à la présence d’un chromosome supplémentaire sur une des paires (trisomie) ou à l’absence d’un chromosome sur une des paires (monosomie). Parfois, seulement une partie d’un chromosome est en trop ou manque. Pour identifier ces anomalies chromosomiques, différents examens peuvent être prescrits selon l’indication parmi lesquels un caryotype ou une analyse chromosomique par puce à ADN.

> Si l’anomalie résulte de la modification d’un gène (ADN) on parle généralement de mutation. Ces mutations peuvent entraîner des dysfonctionnements plus ou moins graves du corps humain : on parle alors de maladie génique. Dans cette situation la maladie peut être monogénique (elle résulte de la mutation d’un seul gène) ou polygénique (plusieurs gènes sont en cause).

A quel moment de la vie est-ce qu’une maladie génétique apparait ?

Certaines maladies génétiques se manifestent dès la naissance ou la petite enfance, comme la mucoviscidose ou la myopathie de Duchenne.

D’autres ne deviennent visibles qu’après plusieurs années sans symptômes apparents. C’est le cas de la chorée de Huntington, une maladie dont les premiers symptômes se manifestent aux alentours de 40 ans. Avant cela, la personne est porteuse de la maladie mais ne présente aucun signe, aucun symptôme : on parle alors de personne asymptomatique.

Innée ou acquise : comment survient une maladie génétique ?

Une maladie génétique n’est pas forcément héréditaire.

Certaines d’entre elles sont innées (car héritées de nos parents) : c’est le cas des maladies autosomiques dominantes, autosomiques récessives ou liées à l’X. Ce type de maladie est transmissible d’une génération à l’autre.
D’autres sont acquises :

  • Elles peuvent être liées à une anomalie génétique survenue de façon accidentelle lors de la fabrication des gamètes (spermatozoïdes, ovocytes). Cette mutation est transmissible aux descendants.
  • Elles peuvent également survenir au cours de la vie et ne concerner que quelques cellules au sein de l’organisme (par exemple les cancers). Dans ce cas, la mutation n’est pas transmissible et n’a pas été héritée.

Les différents types de transmission des maladies génétiques

Pour chaque paire, il y a un chromosome d’origine paternelle et un chromosome d’origine maternelle. Les 22 premières paires sont appelées « autosomes ». La 23ème paire est celle qui détermine le sexe de la personne. Il s’agit des chromosomes X et Y.

Les maladies autosomiques [1]

Ces maladies touchent les chromosomes autosomes.

  • dominantes

Dans le cas d’une maladie autosomique dominante, la personne hérite d’une copie normale du gène d’un de ses parents, et d’une copie anormale du même gène de l’autre parent. La copie anormale du gène est dominante par rapport à l’autre : c’est elle qui s’exprime. Cela signifie donc que tout porteur du gène muté est atteint par la maladie même si le deuxième exemplaire du gène est sain.

  • récessives

Dans le cas d’une maladie autosomique récessive, la personne doit hériter de deux copies défectueuses du même gène pour développer la maladie génétique (une copie transmise par la mère, une copie par le père).
Si la personne hérite d’une seule copie défectueuse et que l’autre est normale, la copie normale va compenser le défaut de la copie anormale, dans la plupart des cas : ces personnes sont appelées « porteurs sains ». Ils ne sont pas malades mais peuvent transmettre la maladie à leurs enfants.

Les maladies liées à l’X

Le chromosome X contient plusieurs gènes importants pour la croissance et pour le développement. Le chromosome Y est beaucoup plus petit et contient peu de gènes. Les hommes possèdent un chromosome X et un chromosome Y. Si l’un des gènes sur le chromosome X est muté, il n’y a pas de copie normale du gène pour compenser son défaut. Cela signifie que l’homme sera atteint de la maladie.

Les femmes, elles, ont deux chromosomes X. Si un gène situé sur l’un des chromosomes X est muté, le gène normal de l’autre chromosome X peut compenser son défaut. Dans ce cas, la femme est une porteuse saine de la maladie liée à l’X. Dans certains cas, les femmes présentent des signes légers de la maladie.

Une maladie ou des maladies ?
Une même maladie peut s’exprimer de différentes façons, avec différents symptômes, y compris entre les membres d’une même famille : c’est ce qu’on le appelle l’expressivité variable d’une maladie.
Par ailleurs les symptômes d’une maladie peuvent évoluer au cours de la vie.

[1] : source : fiches d’Eurogentest